Avis d’un blogueur américain sur Haiku Kurouchi

Un article intéressant d’un blogueur amateur de couteaux aux États-Unis qui prend systématiquement sous sa loupe tous les couteaux, en italique nos remarques. Voici un résumé de ce qu’il nous dit :

“Il tranche plus vite et mieux qu’un autre couteau”

Tout d’abord, le premier contact visuel avec Haiku Kurouchi au look tout droit sorti d’un atelier de forgeron qui lui donne un aspect vraiment rustique.
Puis le toucher qui de suite impressionne. Tranchant extrême s’amplifiant à mesure qu’on va vers la pointe du couteau. La personne, prouvant ainsi sa compétence en la matière, s’aperçoit de suite au vu du fait qu’il s’agit de blue steel que le produit doit être démorfilé avant qu’il donne sa pleine puissance (cette opération n’est pas faite en usine pour en protéger le tranchant au transport). Affilage et polissage avec une pierre fine puis démorfilage avec un cuir ? (non précisé) chargé d’oxyde de chrome donnent un résultat spectaculaire. Pour les tests de coupe, utilisation 2 semaines d’affilée sans perdre le tranchant.
Une patine se forma rapidement et devint très jolie. Tout ce que le testeur coupe il a l’impression qu’il le tranche plus vite et mieux qu’avec un autre couteau. Ail, oignons, échalotes particulièrement. Il décida d’aller aux limites physiques du produit en frappant plusieurs fois violemment le couteau sur le billot jusqu’à ce qu’apparaissent des micro-dentelures afin de devoir le réaffûter. Cette dernière opération ne prit que 5 minutes (une des particularités des couteaux dits carbone c’est à dire sans chrome est qu’ils s’aiguisent plus facilement que les autres).
“A l’usage le manche du couteau était très confortable. Il serait bien que Chroma finisse un peu mieux le couteau” (il ignore que c’est voulu ainsi pour accentuer le côté rustique, Haiku Kurouchi veut clairement s’identifier à Tosa, cette terre sauvage et rurale ou l’on fabriquait autrefois essentiellement des socs de charrue).
Voir l’article original complet (en anglais)

Rajout juillet 2018 avec le commentaire suivant relevé sur le web français de la part d’un consommateur américain :

This thing is a masterpiece of craftsmanship! When I bought it, I quickly regretted spending as much as I did on this but… I thought I’d see how it worked and return it if it did not wow.
Wow’d is an understatement. This knife sings. I have owned all the German brands and a few Japanese ones, all highest quality. There is a magic in this knife that I can not describe. It comes so sharp that it taught me what a master can do with great steel. It also is nimble (thin blade), light and exceedingly well balanced. It is not for the timid though, it is so sharp, and so smooth, it honestly stands in a class by itself compared to all the other top end knifes in my block. Originally thinking it would go back, I have decided the Yoshihiro will be returned and I am looking at other models made by these same masters.
The only words of warning… this is a carbon steel blade, wood handled, hand crafted masterpiece. It can not go in the dish washer, and requires cleaning and a great drying after each use – some people even oil it with vegetable oil or whatnot. Having said that, even with great care, it will still “patina” and change tone from the original color it showed up in over time. It will also quickly rust if left to water, and the devices of nature – it is not the typical stainless blade we have became accustomed to. It also holds it’s edge and sharpens better than any of the stainless blades most of us know. If you are looking for a treat for your culinary adventures, this one stands out singularly, and is the best this user has ever tried to date.

Traduction.

Cette “chose” est un chef d’oeuvre d’artisanat ! Lorsque je l’ai acheté j’ai rapidement regretté d’avoir dépensé autant. J’étais curieux de voir comment la chose se comporterait.

Sensationnel est un euphémisme. Ce couteau chante. J’ai possédé toutes les marques de couteaux allemands et plusieurs japonais, toutes de très bonne qualité. Il y a une magie dans ce couteau que je ne peux pas décrire. Il est tellement tranchant, je viens d’apprendre ce qu’un maître peut faire d’un grand acier. Il est souple (maniable), léger et excessivement bien équilibré. Ce n’est pas pour les timorés, il est si tranchant, et si harmonieux, honnêtement c’est une classe à part de tous les autres couteaux haut de gamme de mon bloc. Pensant au départ devoir le retourner, je vais m’enquérir d’autres modèles auprès de ce fabricant.

Attention, c’est un acier carbone avec un manche en bois, une pièce de maître fabriquée manuellement. Il ne va pas au lave-vaisselle et requiert nettoyage et séchage après chaque usage – certains l’enduisent d’huile végétale. Ceci étant dit, même avec un soin intensif il va se patiner et changer de couleur. Il va aussi rapidement rouiller si on le laisse dans l’eau – ce n’est pas un acier inoxydable auxquels nous sommes accoutumés. De plus il garde bien le fil et s’aiguise plus facilement que les autres couteaux que nous connaissons. Si vous voulez vous faire plaisir dans vos aventures culinaires, ce couteau se démarque singulièrement, et c’est le meilleur que le signataire ait utilisé à ce jour.