Kiseki

Couteau japonais CHROMA Kiseki– Fabricant : CHROMA
– Acier : japonais 59-60HRC + carbides fondus dans la masse côté gauche
– Manche : bambou riveté, extrêmement doux et chaud au touché
– Aiguisage : couteau droitiers uniquement (car seul le côté lisse s’aiguise), au tranchant qui s’auto-régénère à l’angle saillant formé entre l’acier du noyau et les particules plus dures.
– Durée de vie du tranchant : le côté gauche est aiguisé à vie

Imaginez une batterie Apple ou Samsung qui dure des mois. Ce serait une révolution. C’est ce vers quoi aspire Chroma. On ne peut l’exprimer aussi radicalement sans rajouter que cela dépend aussi de vous, des supports sur lesquels on travaille, ou des cadences, mais Kiseki est véritablement une prouesse issue de l’ingénierie bionique et des dernières avancées dans le domaine spatial. Kiseki est sans exagération la plus grande longévité de tranchant réalisée de main d’homme. Son secret : des carbures fondus dans la masse, procédé unique au monde, qui engendrent ensuite des micro-particules qui se régénèrent spontanément par frottement entre le noyau support et son alliage, comme pour les dents des rongeurs qui se refont l’émail sur un bout de bois, d’où le slogan “Inspired by nature”. Kiseki est bien dans la lignée des arts japonais ; observation de la nature, sens du dépouillement, stylisation du manche qui se love dans la main.
La longévité est mesurée par les célèbres tests CATRA. Un couteau en acier tient plus ou moins longtemps selon sa dureté, un couteau en céramique, matériau plus dur que l’acier, jusqu’à 2800 cycles, Kiseki coupe toujours après 4500 cycles sans ré-affûtage et même beaucoup plus comme nous le constatons après maintenant trois ans de retour d’expérience.

Le couteau-miracle (Kiseki en japonais) issu de l’ingénierie bionique.

« La bionique est la science qui recherche, chez les plantes et les animaux, des modèles en vue de réalisations techniques. Elle étudie la vie avec l’objectif de comprendre les mécanismes de fonctionnement des organismes vivants et évolutifs afin de pouvoir les appliquer aux créations humaines » (source : Wiipedia)

Il y a beaucoup à dire sur KISEKI. Son approche est révolutionnaire tant en termes de matériaux que de concept. Le couteau cumule les premières mondiales en termes d’aciers comme de manches et la bionique qui nous a inspiré a aussi généré un couteau éco (-nomique sur longue durée, -logique en tous points). Voici ce qu’en dit Laurent Lemal, Bocuse d’Or France 2015 : “lors du Bocuse d’Or Europe j’ai utilisé le couteau KIS1 pour trancher de l’esturgeon. Chez ce poisson épais de type brochet ou saumon, une lame courte et hyper tranchante permet de garder le contrôle vis-à-vis des cartilages très durs de ce poisson qui endommageraient le fil. Kiseki est le couteau idéal pour une coupe droite” (Laurent Lemal sait de quoi, il parle, il a un poignet cassé qui l’handicape dans ses découpes).

Découvrez en plus à propos de Kiseki.

Voici les 3 résultats

Voici les 3 résultats