Kiseki

Couteau japonais CHROMA Kiseki– Fournisseur : CHROMA

– Acier : japonais, 59-60° HRC

– Manche : nouveau type de bambou, octogone  plongeant

– Aiguisage : couteau droitier (car seul le côté lisse s’aiguise). Le côté gauche est aiguisé à vie !

Chroma Kiseki est-il le couteau le plus tranchant du monde ?

Un tranchant se définit par la rencontre de deux surfaces en un point type sommet d’un triangle dénommé : fil du couteau. C’est ce fil qui pénètre le premier dans la matière. On distingue tranchant immédiat du tranchant longue durée. Kiseki revendique d’être le tranchant le plus durable ce qui a été validé depuis par l’expérience. Projet issu de l’ingénierie bionique et des dernières avancées dans le domaine spatial, Kiseki part d’un acier très dur sur lequel sont fondus dans la masse des carbures qui engendrent des micro-particules se régénérant spontanément par frottement ; comme pour les dents des rongeurs qui se refont l’émail des dents sur un bout de bois, d’où le slogan “Inspired by nature”. Nous sommes donc en présence d’une lame auto-régénérante, la technologie dont il est question s’appelle Vee-Tech.
 
Au niveau design Kiseki est aussi innovant, un matériau de manche utilisé en premier pour des planches de bord des voitures de luxe japonaises, le design se caractérise par un sens du dépouillement très japonais pour un produit qui met la technique pure sur le devant de la scène. Le toucher est d’un extrême confort avec cet octogone plongeant. 
 
 

Le couteau-miracle (Kiseki en japonais) issu de l’ingénierie bionique.

« La bionique est la science qui recherche, chez les plantes et les animaux, des modèles en vue de réalisations techniques. Elle étudie la vie avec l’objectif de comprendre les mécanismes de fonctionnement des organismes vivants et évolutifs afin de pouvoir les appliquer aux créations humaines » (source : Wikipedia)

Il y a beaucoup à dire sur KISEKI. Son approche est révolutionnaire. Le couteau cumule les premières mondiales ; la bionique a inspiré un couteau économique longue durée et écologique, demandant moins d’affûtage.

Le côté écologique est renforcé du fait qu’il est issu du projet des forêts Toyota. Pour la petite histoire, Toyota depuis 1992 plante des arbres. La ville de Toyota est située à l’est de Nagoya, capitale de la préfecture Aichi d’où proviennent la majorité de nos couteaux, y compris KISEKI. Ancien chef de lieu de production de soie en déclin, la ville s’est reconvertie dans les activités industrielles et prit le nom Toyota en 1959. Le fabricant automobile exploite une forêt-pilote à une demi-heure de voiture de leur siège social, à Foresta Hills. L’objectif est double, lutter contre l’effet de serre et conserver l’activité dans les satoyama, anciennes collines d’où provenaient des produits très typés qui menaçaient de disparaître. KISEKI est le premier couteau à avoir bénéficié de cette expérimentation hors du commun.

 

Le couteau-miracle (Kiseki en japonais) issu de l’ingénierie bionique.

« La bionique est la science qui recherche, chez les plantes et les animaux, des modèles en vue de réalisations techniques. Elle étudie la vie avec l’objectif de comprendre les mécanismes de fonctionnement des organismes vivants et évolutifs afin de pouvoir les appliquer aux créations humaines » (source : Wikipedia)

Il y a beaucoup à dire sur KISEKI. Son approche est révolutionnaire. Le couteau cumule les premières mondiales ; la bionique a inspiré un couteau économique longue durée et écologique, demandant moins d’affûtage.

Le côté écologique est renforcé du fait qu’il est issu du projet des forêts Toyota. Pour la petite histoire, Toyota depuis 1992 plante des arbres. La ville de Toyota est située à l’est de Nagoya, capitale de la préfecture Aichi d’où proviennent la majorité de nos couteaux, y compris KISEKI. Ancien chef de lieu de production de soie en déclin, la ville s’est reconvertie dans les activités industrielles et prit le nom Toyota en 1959. Le fabricant automobile exploite une forêt-pilote à une demi-heure de voiture de leur siège social, à Foresta Hills. L’objectif est double, lutter contre l’effet de serre et conserver l’activité dans les satoyama, anciennes collines d’où provenaient des produits très typés qui menaçaient de disparaître. KISEKI est le premier couteau à avoir bénéficié de cette expérimentation hors du commun.

 

2 résultats affichés

2 résultats affichés