Hormis leur supériorité sur un plan technique, y-a-t-il une incidence sur la qualité des mets servis ?

Oui. Dans la cuisine européenne, on coupe les aliments pour les préparer seulement, dans la cuisine japonaise pour en faire ressortir le goût, opération dévolue en Occident à la cuisson, mais une fois les saveurs déjà altérées. Sur le plan de l’hygiène, il va aussi de soi que plus vite vous travaillez par exemple le poisson cru, plus frais sera-t-il. Et lors d’une éventuelle cuisson, le jus du met s’écoule moins, les pores se refermant plus vite. Enfin troisième aspect, selon l’adage japonais, on mange avec les yeux, un taillage millimétré fera saliver vos convives.