Couteau japonais Haiku

Couteau Nakiri brut de forge 16.5cm Haiku Blue Carbon

Réf. HB01

Prix : 229,00TTC

Disponible sur le Store Chroma France

Haiku Blue Carbon se situe à mi-chemin entre la gamme Haiku Kurouchi et la gamme Ryoma Sakamoto. Même acier que la gamme Kurouchi, mais avec une conception à plusieurs mains et non pas un seul artisan dédié au même article. 

Manche shinobi (“D shape”), c’est à dire pour droitiers, en châtaigne brûlé. Cette ancienne technique de bois brûlé, Yakisugi, confère au produit des propriétés d’ultra-résistance, esthétiquement permet de jouer sur le relief du bois, tactilement les nervures apparentes subliment la texture naturelle du bois brûlé et ont un effet haptique intéressant.

Les gauchers se reporteront vers la gamme Kurouchi qui est ambidextre. Manche cimenté (fermé).  

Gamme courte de 3 modèles couvrant tous les secteurs usuels de la cuisine.

Couteau japonais brut de forge

Les lames brutes de forge gagnent en popularité et sont devenues, depuis le travail pionnier de la société Chroma / Haiku dans les années 2000, un segment de marché populaire du couteau de cuisine. Cet outil de formation a pour but de décrire ce type de produit, savoir faire la différence avec les vrais et faux brut de forge et connaître les éléments clés de l’entretien de ces lames si particulières

Une lame brute de forge est une lame non dépolie et qui ne sera pas protégée de la même manière face à l’environnement extérieur qu’une lame dite « inox » chromée. Une lame brute de forge plaît par son esthétique rustique, vintage, sa surface rude et granulaire qui révèle des pièces uniques, mais également par le fait que se sont des lames fabriquées à la main à même le feu, à l’ancienne.

Les différences sont décrites ici : https://www.chroma-france.com/aciers-carbones-aciers-inox/.
Le plus important est qu’ils sont plus tranchants de par leur structure, et plus faciles à affûter. Purs, ils offrent une meilleure accroche que les aciers alliés qui glissent sur les grains d’une pierre.

Vrais et imitation de couteaux brut de forge

Tous les couteaux « noirs » ne sont pas des bruts de forge. Lorsque non fabriqués traditionnellement certains couteaux sont recouverts d’un revêtement, « coating » en anglais. Cette méthode permet de baisser les prix drastiquement. Lorsqu’on achète ou travaille avec une gamme brute de forge il convient de se renseigner sur l’historique du fabricant, l’origine et la méthode de fabrication des lames.

Entretien des lames brut de forge

Des éléments extérieurs comme les produits d’entretien, le sel, les produits acides, l’air marin, vont agresser l’acier jusqu’à le rouiller si non entretenu correctement. Tout couteau de cuisine, inoxydable ou brut de forge, peut rouiller et il convient donc de les laver et essuyer dès que possible, puis de les ranger dans un endroit sec. Le couteau brut de forge, plus sensible à l’oxydation, demande plus d’attention. Ces couteaux font découvrir immédiatement s’ils ont été mal essuyés mais à ce stade préliminaire, ce n’est pas bien grave, en frottant la tache avec une crème à récurer ils n’y paraîtra plus.

Laver à l’eau et sécher avec un chiffon propre. Son entretien est très facile et est une notion a appliquer également à tous les couteaux qu’ils soient brut de forge ou non. Afin de la protéger plus efficacement on peut appliquer une huile végétale sur la lame si elle n’est pas utilisée pendant un long moment (Tsubaki).

 

 

Spécificités produits :

  • Acier japonais à 1.2% de carbone
  • Manche shinobi (“D shape”) en châtaigne brûlé
  • Aiguisage en V 15° de chaque côté
  • Fabriqué au Japon