Couteaux japonais acier carbone

En l’espace de quelques années Chroma est devenu un coutelier qui compte et sa façon de décliner ses gammes selon les styles de chacun a révolutionné le monde de la coutellerie. En conséquence de quoi Chroma est aussi devenu un vrai spécialiste de techniques oubliées, revitalisant le tissu industriel de certains bassins d’emploi comme ceux de l’île de Tosa ou de Sakaï. Dans cette catégorie nous retrouvons celles des gammes qui sont fortement imprégnées de culture japonaise. Les couteaux  japonais acier carbone sont au nombre de quatre (en réalité cinq, mais la France n’a pas accès à la 5ème qui nécessite une autorisation de sortie du territoire du gouvernement japonais) :

Haiku Kurouchi, Haiku Pro, Haiku Itamae, Ryoma Sakamoto.

On parle d’acier carbone car ces alliages contiennent peu de chrome (et par conséquent peuvent rouiller si on n’y prête attention : l’anglais “stainless steel” a donné en français acier inox avec comme corollaire que le consommateur pense que ça va donc au lave-vaisselle comme les couverts, or stainless = “sans tache” en anglais et non “inoxydable”). Les aciers “non carbone” ou “inox” sont des alliages fer + carbone auxquels on a rajouté entre autres du chrome pour les protéger de l’oxydation. Les aciers carbone (c’est en fait un abus de langage car tout acier en contient dans des proportions plus ou moins importantes) ont l’avantage d’être particulièrement tranchants et de se réaffûter aisément car plus on rajoute d’éléments désoxydants, moins ça coupe et plus c’est difficile à affûter. La soudure au feu des aciers carbone est très difficile mais leur tranchant n’a rien de commun avec les aciers inoxydables.

Haiku Pro et Haiku Itamae, 2 gammes très particulières, la première en white paper steel Shirogami et la seconde en blue paper steel Aogami (plus d’informations sur ces aciers sur notre blog couteaux japonais), sont livrées avec un certificat d’authenticité rare à obtenir délivré par la fédération du commerce et de l’industrie coutelière de Sakaï. Dans le cas de Haiku Itamae, l’artisan réalise un treillis semblable à la structure d’un diamant en alignant les fils dans deux sens différents, nord-sud puis est-ouest, puis martèle la lame jusqu’à en extraire toutes les impuretés. La lame repose ensuite deux ans avant de pouvoir être travaillée !  Ces pièces de culture sont disponibles sur commande avec délai d’attente selon la saison de 6 à 8 mois. 

Dans cette catégorie de couteaux purement artisanaux Chroma fabrique aussi des bruts de forge, couteaux non dépolis au sortir du feu. Poreux, ils demandent plus d’attention, mais quel look d’enfer, on dirait que Vulcain le dieu de la forge et son homologue japonais Kagutsuchi les ont inspiré ! Haiku Kurouchi est en Aogami #2 à 1,2 % de carbone et Ryoma Sakamoto (Chroma a ainsi dénommé la série en l’honneur du héros national lors du 150ème anniversaire de sa mort), en 0,8 % de carbone. Ces deux produits sont originaires de l’île de Tosa, ancien fief de la famille Sakamoto.