Publié par

Quelle marque de couteau japonais choisir ?

C’est le point 3 de notre mini-série et c’est effectivement une interrogation légitime.

Chroma France dispose d’une expérience de plus de 20 ans dans ce domaine et son manager, de 30. On a donc été en contact avec de nombreux fournisseurs. Une chose est d’acheter un acier, une forme, un manche. Une autre en est de choisir une marque de confiance qui assure sur très longue période. Il est fondamental de savoir à qui on a à faire. Car, les derniers tests en notre possession le mettent en relief, n’est pas méticuleux qui veut, y compris au Japon.

Quelques points de repères.

Nous constatons d’abord une qualité inversement proportionnelle à l’importance de la société. A partir d’un certain point, la centaine d’ouvriers, les grosses maisons poursuivent des objectifs de volume au détriment de la qualité ; trop petits, ils n’arrivent pas à livrer et deviennent trop chers. La qualité des très petites structures n’est pas non plus normée et diffère selon les appros. Par expérience le meilleur résultat s’obtient de sociétés à taille humaine qui mettent leur réputation en jeu à chaque unité produite ; Kasumi, Masahiro, les entités diversifiées Chroma, des sociétés en place depuis des générations et dont le patron est tous les jours à l’usine pour conduire l’équipe.

Ensuite une marque pour nous, c’est quelqu’un qui imprime une empreinte naturelle sur un marché de par les innovations constantes, et qui ne copie pas les autres. Un acteur qui ne jette pas de la poudre aux yeux, qui a une expertise, une histoire, de bonnes pratiques de management, une culture d’entreprise et une vision. Un produit doit exprimer quelque chose des valeurs de l’entreprise, un exemple concret avec Kasumi dont le crédo est d’intégrer des éléments d’art (et de la nature) japonais dans un produit en phase avec son époque, ou de la marque Haiku, qui capitalise sur le Japon d’antan dans ses choix de matériaux et de montage. Dans nos choix de marques, nous faisons une analyse très approfondie ce qui explique qu’on ne se disperse pas sur une multitude.